POURQUOI VOULOIR SEPARER LES VOYAGEURS DU FRET ?

 

LA SNCF motive son choix de ligne nouvelle par plusieurs arguments, dont celui de séparer le trafic fret de celui des voyageurs. Elle indique que cela permettra une augmentation de capacité du fret.

Pourtant, la part de marché du train dans le transport de marchandises s’érode : de 32.3% en 1984, elle est tombée à 20.6% en 2000 et à 10% en 2012.Dans l’introduction de la Revue "Le Train" d'avril 2016 ayant comme sujet le Fret, les concurrents, il est écrit «  L'ouverture à la concurrence en juin 2005 n'a pas stoppé le déclin du fret ferroviaire. En 10 ans le trafic fret en France est passé de 40.7milliards de tonnes à 32.2milliards de tonnes/km, une baisse de 21%. Le trafic de la SNCF a baissé de moitié à 20,3milliards de t/km en 2014. Alors que la concurrence est passée de 0 à 11,9 milliards de t/km soit 37% ». Or, la SNCF ne tient pas compte de  la chute du transport de marchandises. Elle est amenée à stocker des kilomètres de wagons sur des voies de garage depuis des années, ainsi que des locomotives : (extrait du blog de P. Jovanovicz, mai 2016) :"À Sotteville-les-Rouen l'un des plus grands  triages de France est à l'agonie, pour tout le monde c'est: "le cimetière des trains". Depuis plusieurs années des centaines de locomotives et de wagons sont abandonnés sur les voies et l'activité de transport SNCF, le fret, est devenu pratiquement inexistant. Malgré la présence et les actions d'un comité de défense du triage de Sotteville le démantèlement du triage semble inéluctable".« Des locomotives abandonnées à Sotteville les Rouen : il y a une chose ahurissante, nous voyons des locomotives qui n'ont pas 15 ans abandonnées ici. Les Astride rouges. »

Par ailleurs, le port du Havre souhaite développer le transport fluvial, qui est peu couteux et non polluant. De plus, la ligne de fret Serqueux-Gisors permettra d’absorber une grande partie des transports de marchandises.

Donc pourquoi maintenir de tels arguments ? Pourquoi construire une ligne nouvelle uniquement « voyageurs  » pour soi-disant permettre le développement du fret sur la ligne historique ?

RESPECTONS  L’EQUILIBRE  FRAGILE  ACTUEL.

MODERNISONS L’INFRASTRUCTUR EXISTANTE

LNPN: 3 tronçons prioritaires dont le coût serait d'environ 9 milliards d'€.